L'histoire de Magus Genetics

Au début des années 1990, Gerrit Slot a commencé à cultiver sa maison, en choisissant un emplacement extérieur. Il a utilisé des   graines de sachets Afghani  et  Skunk qu'il avait sélectionnées dans le coffeeshop weed en 1989. Comme il ne connaissait pas les fleurs de cannabis femelles et mâles, il ne se rendait pas compte que les   plantes afghanes étaient mâles et pollinisaient une Skunk femelle  , ce qui en résultait de graines F1.

L'hiver suivant, Gerrit pratiqua également la culture en intérieur, utilisant principalement des clones qu'il avait achetés à un ami. Mais il a également pris des plants et des clones de son propre matériel, à la fois son hybride Skunk / Afghani auto-F1   et encore une fois les  graines de sac Skunk supposées pures, mais commerciales  . Il a remarqué que ses propres hybrides F1 de  Skunk / Afghani  étaient clairement plus vigoureux que les  plantes de Skunk pures  , mais ne pouvaient pas les égaler en termes d'odeur et de goût. Parce que son   approvisionnement en graines de Skunk était épuisé, Gerrit a décidé d'hybrider ses derniers  spécimens femelles de  Skunk (il avait pris plusieurs boutures de la meilleure plante), avec le pollen de certains mâles  Skunk / Afghani F1s. La génération résultante s'est avérée très vigoureuse et même supérieure à la   mère Skunk en termes d'arôme et de puissance, mais n'a pas donné autant que les boutures achetées, de sorte que Gerrit a continué à les acheter et n'a fait pousser que quelques-uns de son propre pedigree dans l'ombre. coins de la pièce.

Jusqu'au printemps 1993, il a laissé ça avec ça, mais soudain, son ami a eu des ennuis et Gerrit a été obligé de remplir tout l'espace de culture avec ses propres hybrides. Grâce à cet accident, il s'est rendu compte que la raison pour laquelle ses propres hybrides avaient toujours donné des rendements inférieurs aux boutures achetées était simplement qu'ils devaient rester à l'ombre, loin de la source de lumière. Désormais, ils recevaient des intensités lumineuses optimales, ce qui leur permettait également de très bien céder, et Gerrit décida de cultiver exclusivement son propre matériel génétique à l'avenir, au lieu d'être dépendant des autres.

Mais il avait aussi une autre incitation à cultiver la sienne: pendant ce temps, il était entré en contact avec le Bluebird, l'un des coffeeshops les plus populaires d'Amsterdam, et les gars de Bluebird vendaient la propre création de Gerrit sous le nom de  Warlock , enthousiasmant un cercle de plus en plus grand. des clients qui en redemandaient. Finalement, ils devraient en obtenir plus, Gerrit a réussi à améliorer encore le rendement de son hybride, en optimisant les facteurs de croissance. Il n'a pas continué le processus de sélection et a continué à reproduire une seule plante mère superbe en prenant des boutures de boutures au fil des années.

Cependant, en 1997, il s'est inquiété du pouvoir germinatif de ses graines hybrides originales qui avaient maintenant plusieurs années. Il craignait également qu'en cas de casse ou de vol, ses plantes mères disparaissent à jamais. Alors Gerrit a décidé de faire une coupure dans la production et de remettre le tout sur une base plus professionnelle.Il s'est également senti inspiré par le fait que le Bluebird avait pris la 3e place dans la catégorie bio de la High Times Cannabis Cup 1997 avec son  Warlock .

Il a semé toutes les graines originales qui restaient, obtenant toujours un bon taux de germination et a commencé à lire simultanément beaucoup de littérature botanique et de sélection, ce qui lui a fait comprendre qu'il aurait besoin de beaucoup plus d'espace de croissance pour tirer le meilleur parti de la génétique. potentiel de son hybride. Il a donc loué une salle de culture plus grande et a en même temps fait enregistrer légalement son exploitation de semences à la chambre de commerce locale en janvier 1998.

Entre 1997 et 1998, Gerrit a travaillé avec 50 lignées de reproduction différentes qu'il avait créées à partir de 25 individus femelles et de 2 mâles différents. Il s'est assuré d'avoir de nombreuses copies de sécurité des parents respectifs et a sélectionné la meilleure ligne pour créer  Warlock en  tant que souche de graines disponible dans le commerce pour la première fois, l'introduisant sur le marché à la High Times Cannabis Cup 1998 avec une grande réponse.

The strain Warlock proved to be a true lucky punch. It is especially remarkable that a breeder has created something outstanding and unique out of completely regular and commercial strains like Afghani and Skunk. In the following years, Gerrit experimented within the original gene pool what resulted in a new father plant for Warlock.

This specimen was also used to create new varieties like Exile (x White Widow/Northern Lights), Starwarz (x Sensi Star), and Double Dutch (x pre-2000 Chronic), while Starwarz is only available as weed at the Bluebird coffeeshop, not as seed strain.

Gerrit himself prefers Warlock, when it comes to the quality of the high, but recommends the Double Dutch for optimum yields. He says that the 1999 ban on seed production in Holland actually was irrelevant to him, because he used to work in the underground likewise before and after that. He had already decided to move to a slightly smaller grow room at the end of 1998, since the rent has been too high for him, as he had not yet started the professional sale of seeds. But also now, he has an adequate facility for ensuring both further development and maintenance of his strains.

Double Dutch also became most popular within short, and Gerrit`s latest hit, the outdoor strain Biddy Early (Early Pearl/Skunk x Warlock, but there is way too much Early Pearl influence to call it an outdoor Warlock, as Gerrit puts it), surprised everybody at the High Times Cup 2003 by taking second place in the sativa category, beating numerous indoor strains!

In the summer of 2002, he opened his "Magus Genetics Hemp Store" in Enkhuizen, Gerrit had to learn that selling hemp products is a laudable, but not financially rewarding job, he didn`t succeed commercially. That`s why he gave up the shop in 2005.The political climate in the Netherlands towards cannabis was already cold and getting colder, due to this repression and also due to personal circumstances Gerrit wanted to take a time-out of the cannabis-industry.

In 2011 he approached Simon from Serious Seeds, an old friend of him, which he had met in earlier years in the Bluebird. Simon agreed to save the strains developed by Magus Genetics and took the father- and motherplants into the care of Serious Seeds.